Fiche ouvrage
 
Code : 17619
Titre : Passage du roi du Havre dédié et présenté à sa majesté Louis Seize.
Auteur : [LE HAVRE] QUEVERDO.
Edition : Paris, chez l'Auteur, s.d. (1788).
Année : 1788
Format : Gravure sur cuivre au burin, 470 x 350 mm, grande déchirure recollée, salissure.
Reliure :
Prix : 80 €uros
Observations : Rare et intéressante gravure de François Marie Isidore Queverdo (1748-1797), gravée pae P. E. L'Epine. Texte imprimée en marge inférieure: Le 27 juin 1786, le Roi (Louis XVI) en revenant de Cherbourg pour visiter les travaux de ceport, passa de Honfleur au Havre, le 28 Sa Majesté se rendit sur la Place des Chantiers où il y avait un Navire à lancer en Mer appartenant à Mr Poulet fils armateur de cette ville. Le Roi daigna honorer ce Navire de son nom de Louis XVI. Sa Majesté accepta des Oranges qui lui furent présentées par cet armateur et ses enfants. Les Havrais se souvenant du triste gouvernement de Louis XV, approuvaient fort celui de Louis XVI, et ils se préparèrent à recevoir le roi avec enthousiasme. Le 27 juin 1786, Louis XVI s'embarqua pour faire la traversée d'Honfleur au Havre, sur la corvette L'Anonyme, armée spécialement pour ce voyage. Elle était commandée par le sieur Castaudet, capitaine de la marine marchande, ayant sous ses ordres cinquante officiers de commerce qui, pour prouver leur amour au roi, voulurent faire le service de matelots, au grand désespoir des mariniers du port. La traversée ne fut pas heureuse, le vent était contraire ; elle dura trois heures, et la corvette ne put entrer dans le port. Un magnifique canot alla prendre Sa Majesté et la débarqua près de la tour François 1er. Louis XVI entra dans la ville par la porte du Perrey. De là, il se rendit à l’Hôtel de Ville. Là, « l’Assemblée générale » lui exprima le désir que sa statue fût élevée sur une des places de la cité. Le roi accepta, puis il autorisa certains travaux, tels que la démolition de l’enceinte de Richelieu et des forts établis à Tourneville, et la construction de nouveaux quartiers autour du théâtre actuel et à la Floride. Le lendemain, il alla visiter la côte d’Ingouville, et après avoir pris quelques instants de repos dans le pavillon Begouen-Demeaux (aujourd’hui pavillon Quesnel) et admiré le magnifique panorama dont on jouit de là, il revint par le Perrey pour assister au lancement d’un navire. La clef qui retenait encore le navire sur le chantier fut enlevée, il glissa lentement sur son ber et bientôt se balança majestueusement sur les flots, aux applaudissements de la foule et du roi, qui vingt fois s’était écrié : « Rien n’est plus beau !» Louis XVI fit remettre 50 louis d’or aux ouvriers employés à cette opération ; mais ceux-ci, imitant la générosité de leur souverain, les consacrèrent au soulagement des veuves et des orphelins de leurs camarades tués pendant la dernière guerre.
Sources :
Catégories : LE HAVRE;GRAVURES-AFFICHES-DESSINS;
   


© Copyright 2007 - Jacques Tanguy